Communiqué de presse du groupe des élus communistes et Front de Gauche|7 mars 2016

Pour Sébastien Jumel et Céline Brulin, il y a urgence sanitaire en Normandie

Alors que la commission permanente du Conseil régional de Normandie devait émettre un avis aujourd’hui sur le Schéma régional d’organisation des soins (SROS), Sébastien Jumel, maire de Dieppe et conseiller régional, et Céline Brulin, conseillère régionale, ont obtenu que la collectivité régionale prononce un avis défavorable et qu’une délégation plurielle soit organisée pour rencontrer la ministre de la Santé.

Le schéma régional d’organisation des soins dans l’ancienne Basse-Normandie proposé par l’Agence régionale de santé (ARS) conduit à un appauvrissement de l’offre de santé publique, en particulier en ce qui concerne la réponse de proximité.

De nombreux établissements de santé des villes moyennes, qui structurent l’espace régional, sont touchés par des fermetures de services, des suppressions d’emplois. Ici ferme un service d’urgence, là un SMUR, ailleurs une maternité… « J’ai rencontré la semaine dernière les syndicats hospitaliers. Il y a urgence à réagir et à enrayer la casse programmée du service public de la santé, estime Sébastien Jumel. Sous couvert de renforcer l’égalité d’accès aux soins, la loi Touraine organise insidieusement une médecine à deux vitesses. Son véritable objectif c’est l’austérité, les gens doivent le savoir. On ne fait pas d’économie sur la santé, notre pacte républicain en dépend. »

De toute la région, collectifs d’usagers, syndicats de personnels hospitaliers, médecins, élus locaux de diverses sensibilités, se mobilisent. Ils alertent sur le risque d’une catastrophe sanitaire. Ils agissent pour promouvoir des solutions permettant de garantir l’accès aux soins.

L’avis défavorable de la région Normandie à la révision du SROS va dans le bon sens. Il est même nécessaire au moment où les Groupements Hospitaliers de Territoire suscitent de vives inquiétudes, tant sur le calendrier de mise en œuvre que sur le devenir des hôpitaux de proximité.

La Normandie compte 18 zones particulièrement menacées par la désertification médicale. Or, on sait qu’un maillage dense de services publics hospitaliers constitue un facteur d’attractivité pour les médecins. La Région doit d’ailleurs, dans ce domaine, être force de proposition, en encourageant l’installation de centre de santé publique. Il en va de l’accès à la santé des Normands, il en va de l’égalité des territoires.

Le groupe des élus communistes et Front de Gauche à la Région Normandie est composé de Sébastien Jumel, Céline Brulin, Joachim Moyse, Marie-Jeanne Gobert et Gilles Houdouin