Archive dans 30 juillet 2015

Cérémonies du 14 juillet : Jean-Paul Lecoq sonne la charge !

Le début d’une ère nouvelle, le 14 juillet 1789, où le peuple est intervenu pour changer le cours de sa propre histoire.

Un peuple « sujet » qui devint un peuple « acteur » de sa destinée parce que, un jour, il l’a voulu ainsi.

Mais aussi parce que ceux qui étaient censés agir dans son intérêt, le protéger, lui permettre d’accéder au progrès, ce pouvoir en place, bien assis sur son trône, à l’abri se croyait-il de sa puissance et de ses privilèges, n’était plus digne de lui.

Le peuple met parfois du temps pour agir mais quand il se met en mouvement, rien ne peut l’arrêter. C’est ce que des milliers d’années de l’histoire de l’humanité nous ont enseigné. C’est ce que le peuple Grec vient à nouveau de prouver.

Les trahisons, les renoncements, les promesses et autres engagements pris devant le peuple avant d’être relégués aux oubliettes, finissent toujours par se payer cash. Ce fut vrai en 1789, ça le reste aujourd’hui.

Je ne prédis pas pour autant que des têtes vont tomber, à chacun son temps, quoi que je me souvienne qu’après la crise en Islande lorsque ce pays et son peuple ont relevé la tête, toute la classe dirigeante et les banquiers furent sortis de tout pouvoir, un certain nombre étant traduit en justice.

Car dans toute société humaine celui qui se sert ou qui exerce le pouvoir en oubliant ceux qu’il doit servir est condamné à disparaitre.

Certes, ce ne fut pas la démocratie dès le 14 juillet 1789, ni le lendemain, mais pour la première fois le peuple en mouvement, faisait le choix de sa liberté, exigeait de devenir femmes et hommes respectés.

Oui, le 14 juillet 1789, c’est bien le peuple qui entre en scène et en ce 14 juillet 2015, il serait bon que tous ensemble, nous nous le rappelions, que nous en tirions les leçons pour l’avenir.

Prenons garde de ne pas nous faire voler notre République et ses valeurs, bien mises à mal et menacées par les gouvernements libéraux successifs à la solde des puissances de l’argent, de la finance, résignés quand il s’agit d’agir pour l’intérêt général, pour la santé, dans l’éducation, pour les services publics, pour les communes, mais zélés et imaginatifs lorsqu’il s’agit d’aider les privilégiés à l’être encore plus…

Télécharger l’intervention complète : Interv 14 juillet 2015 pdf

Contrat 276 : ça roule… de plus en plus mal !!

Communiqué des élus communistes et républicains
des Départements de Seine-Maritime et de l’Eure,
et de la Région Haute-Normandie

Les majorités de droite des conseils départementaux de l’Eure et de la Seine-Maritime veulent mettre fin au Contrat 276. C’est une grave erreur au regard des investissements prévus et des équipements nécessaires aux habitants. Nous ne saurions imaginer que, face à cette décision, la région Haute-Normandie remette en cause ses propres engagements.

Le « 276 » permet aux collectivités d’additionner leurs forces pour rénover des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) ou en situation de handicap, pour développer les infrastructures routières utiles au désenclavement de nos territoires, pour soutenir les clubs sportifs, les associations culturelles ou de solidarité en les aidant à se doter de moyens de transports…

Ce dispositif démontre d’ailleurs que la Clause Générale de Compétence que le gouvernement veut voir disparaître, permet aux collectivités d’adapter leur politique aux besoins des citoyens et des bassins de vie. Et nous agissons contre sa suppression car elle réduirait leurs moyens d’action et la prise en compte de problématiques spécifiques.

Pas question pour nous de nous prêter à un petit jeu mesquin. Notre seule boussole est et restera l’intérêt des habitants et des territoires concernés…

Télécharger le communiqué complet : Communiqué 276

Tribune du mois de septembre 2015 : Vaincre ensemble le poison de l’austérité

ceinture
L’austérité est une maladie qui gangrène le pouvoir politique en lui ôtant sa faculté à agir dans l’intérêt général des populations qu’il se doit pourtant de servir, de défendre, d’entendre.
Notre République, ses valeurs, notre modèle de société sont clairement menacés par cette austérité qui, sans sursaut citoyen et de leurs élus toute sensibilité confondue, va finir par détruire le bien vivre ensemble : la santé est rationnée, les hôpitaux devant appliquer des logiques comptables bien éloignées de l’intérêt des malades ; l’école est privée des moyens pour assurer ses missions pour tous et partout ; les collectivités sont étranglées par une baisse sans précédent des dotations de l’Etat ; la culture est sacrifiée…
Face à ces réalités qui s’aggravent, comme la situation d’un nombre croissant de nos concitoyens, l’association des Maires de France appelle à la mobilisation générale pour dire stop, avant qu’il ne soit trop tard, à un Gouvernement qui a perdu de vue ce pourquoi il a été élu.
Les Grecques ont su résister et se rebeller contre les logiques libérales au pouvoir en Europe, les Espagnols sont prêts à les rejoindre, les Français doivent le faire. Nous appelons les Seinomarins à se joindre aux initiatives conduites dans notre Département en ce mois de septembre pour sauver les services publics, leurs communes et leur Département.

Télécharger la tribune… : Tribune 2015 09

2017 : une fête ambitieuse, oui, mais surtout populaire !

Lors du Conseil municipal du 6 juillet 2015, les élus étaient invités à se prononcer sur une subvention accordée au Groupe d’intérêt public (GIP) mis en place dans le cadre de la préparation des festivités prévues à l’occasion du cinq-centième anniversaire de notre ville. Nathalie Nail a préféré s’abstenir, compte-tenu de la la gestion financière opaque de ce GIF. Elle s’en est expliqué dans une intervention, tout en en profitant pour rappeler les souhaits du groupe Le Havre à cœur pour que cette fête soit une réussite pour tous les havrais.

Monsieur le Maire,

Le cinq-centième anniversaire de notre ville en 2017 doit être un moment fort dans la vie des Havrais avant tout. Pour qu’une ville rayonne, il faut que ceux qui y habitent en soient fiers.

Depuis 2013 un Groupe d’intérêt public (GIP) a été constitué et depuis la ville verse des subventions : 215000 euros pour 2015, abondé aujourd’hui de 100 000 euros, et il nous est demandé là encore une subvention complémentaire d’équipement d’un montant de 475 000 euros destinée aux études préalables de faisabilité, artistiques et techniques afin de créer des œuvres pérennes… A ce prix, heureusement qu’elles sont pérennes, les œuvres ! Mais une question, tout de même : quelle est la nature de ces œuvres et combien chacune coûte-t-elle ?

D’ailleurs plus généralement et en raison des sommes colossales avancées, je souhaiterais avoir un bilan de ce qui se fait dans ce GIP. Car je m’étonne de la concision des informations que nous avons au sujet de cet anniversaire pour le moment alors que le GIP est créé depuis 2013…

L’enjeu de cet événement est de le faire partager par tous les Havrais

Cette initiative peut être, si les bons choix sont faits, un moment de partage et de création pour tous les habitants.

Il faut, qu’à cet événement, la population havraise, soit associée au maximum pour sa pleine réussite, imaginer des rencontres dans les quartiers, dans les SAM, les écoles, avec les associations pour fédérer et que les Havrais soient acteurs et moteurs de cet anniversaire. D’autant que nous avons une richesse « participative » au Havre, que beaucoup nous envie.

Cet anniversaire doit se vivre et se faire dans l’ensemble des quartiers, que ce soit ville haute ou ville basse. C’est l’anniversaire de notre ville DANS SON ENSEMBLE, il ne peut se cantonner qu’à son extrême centre, comme les propos de Jean Blaise ds la presse de samedi nous le font craindre.

Tous ensemble, nous devons être en capacité de répondre à cet enjeu pour mettre en valeur Le Havre populaire, industriel et portuaire.

Nous devons fêter dignement et fièrement l’histoire de notre ville à l’occasion de ce cinq-centième anniversaire, celle d’un Havre ouvert, populaire, festif et démocratique qui peut ouvrir un chemin vers un avenir que nous pouvons construire en commun.

Alors, en effet, comme vous, je suis soucieuse de l’argent public et je pense que l’on pourrait avoir un peu plus de détail à l’appui de cette subvention…

Face à ces inquiétudes et par prudence, car aujourd’hui, ce sont déjà 690000 euros déjà engagés), je m’abstiendrai sur cette délibération.

Cette publication est issue du site L'opposition municipale au Havre avec Nathalie Nail.
Voir la publication originale : 2017 : une fête ambitieuse, oui, mais surtout populaire !

Augmentation des tarifs de stationnement : on dit STOP !

À l’occasion de l’examen du dossier n°60, lors du Conseil municipal du 6 juillet dernier, Nathalie Nail est intervenu pour dénoncer l’augmentation des tarifs de stationnement, faisant remarquer que si la municipalité n’augmente pas les impôts locaux, elle ne se prive pas, en revanche, de faire payer les havrais et dans la plus grande injustice qu’il soit !

Monsieur le Maire,

Avec l’augmentation des tarifs de stationnement, vous faites ici la belle démonstration de ce que nous dénonçons à chaque budget : vous n’augmentez pas les impôts directs mais vous augmentez les impôts indirects et là ce sont les Havrais qui sont victimes de la double peine, ils paient deux fois la facture, et qu’ils soient riches ou pauvres c’est le même tarif pour tout le monde et quel tarif ! jusqu’à plus de 50 % d’augmentation pour le stationnement de surface à la journée ou la demi-journée ! Rien que ça !

À une fiscalité locale lourde, vous choisissez d’accentuer les difficultés des Havrais en pratiquant une politique tarifaire pénalisante pour les Havrais : ici l’augmentation des tarifs de stationnement, quand ce n’est pas celui des bus et tram, de même que les tarifs injustes des cantines scolaires ou des activités municipales. Plutôt que de soulager la population havraise dont on sait que le salaire moyen et l’un des plus faibles de France et que le taux de chômage au Havre atteint plus de 40 % dans certains quartiers, vous faites le choix constant à droite, de privilégier la fiscalité indirecte et les tarifs à la fiscalité directe.

Tout n’est pas de votre faute, dans ce contexte, mais plutôt que de tout faire pour enrayer la tendance, plutôt que de soutenir nos concitoyens par des politiques courageuses, ciblées, utiles et généreuses contribuant au vivre ensemble, au maintien du lien social, vous aggravez la situation en sabrant dans les dépenses de fonctionnement !

Cette publication est issue du site L'opposition municipale au Havre avec Nathalie Nail.
Voir la publication originale : Augmentation des tarifs de stationnement : on dit STOP !

Carte scolaire : non aux suppressions de postes !

Lors du dernier Conseil municipal, en date du 6 juillet 2015, Nathalie Nail a présenté un vœu relatif à la carte scolaire, au nom du groupe Le Havre à cœur. L’occasion de dénoncer les suppressions de postes qui se profilent dans les établissements scolaires pour septembre prochain.

La carte scolaire prévoit la suppression de trop nombreux postes d’enseignants au Havre pour la rentrée 2015.Ces suppressions vont entraîner des fermetures de classes et mécaniquement une hausse des effectifs par classe y compris en maternelle, parfois même dans des écoles qui entrent en REP+.

Cette politique de diminution des moyens dans l’Education Nationale est incompatible avec l’amélioration de la réussite de tous les élèves.

Le conseil municipal du Havre, réuni en sa séance du 07 juillet 2015
exprime sa préoccupation face au manque de moyens accordés pour la rentrée prochaine ;
et demande : l’annulation des fermetures de classes, des ouvertures de postes pour les écoles dont les effectifs sont surchargés et que l’Inspection Académique réexamine les mesures dès la rentrée 2015 en étant à l’écoute des réalités et des besoins des enfants pour bâtir une carte scolaire ambitieuse qui garantisse la réussite et l’épanouissement de chacun.

Cette publication est issue du site L'opposition municipale au Havre avec Nathalie Nail.
Voir la publication originale : Carte scolaire : non aux suppressions de postes !

Tribune de juillet 2015 : Pas de République sans égalité et fraternité !

panneau-liberte-egalite-fraternite-copy

Pas de République sans égalité et fraternité

Elus du Front de Gauche, nous sommes Républicains comme tous les autres élus de notre assemblée départementale.

Pourtant l’UMP visiblement mal à l’aise dans ses baskets libérales, vient de se rebaptiser Les Républicains pour détourner, confisquer à son profit les valeurs d’une République à laquelle sont fortement attachés nos concitoyens.

Ce relooking ne trompera personne car être Républicain ne prend pas le même sens selon que l’on soit de Gauche ou de Droite. La Droite réduit la République à la seule valeur Liberté – la liberté du renard libre dans le poulailler -, quand la Gauche accompagne la Liberté par ses sœurs : l’Egalité et la Fraternité.

Agir pour la liberté bien sûr, mais pour celle qui entend protéger les droits individuels et collectifs en ne laissant personne sur le bord du chemin, pas pour celle qui casse les boucliers sociaux, déréglemente et considère que tout s’achète et se vend, que tout est marchand, afin qu’une petite minorité se goinfre toujours plus sur le dos de tous les autres.

La République de Sarkozy, nous y avons déjà goûtée, elle a laissé un goût bien amer pour des millions de Français, demandeurs d’emploi, salariés, retraités, classes moyennes… malmenés, matraqués, indignés. A l’échelle départementale comme au plan national, nous portons quand à nous une autre voie, pour une autre politique plus conforme à l’esprit de notre République sociale.

Pour télécharger le texte… tribune

CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée) : Les Communes et les Départements dans le viseur !

justice_fiscale

Dans son empressement à créer, dans le dos du peuple qui n’aura même pas été consulté, de nouvelles régions mastodontes pour plaire à Bruxelles toujours soucieux d’éloigner les gens des centres de décision, de concentrer, d’agglomérer, le Gouvernement avait oublié un point essentiel : leur financement !

Plus grandes, dotées de nouvelles compétences permettant à l’Etat de se défausser davantage de ses missions, les nouvelles Régions auront besoin de carburant. Personne n’ose imaginer leur financement par une augmentation des impôts locaux qui ont atteint un niveau insupportable. Ce notamment parce que l’Etat ne cesse de diminuer, par ses choix d’austérité, ses propres financements pour les communes, départements et régions.

La Ministre en charge du tripatouillage territorial a pour ordre, coute que coute, d’aboutir à déshumaniser l’organisation du territoire national, en réduisant notamment le poids, missions et pouvoirs des communes et départements. Elle avait par contre, comme qui dirait, un problème sur les bras, qu’elle vient de solutionner… à sa manière bien sûr : Il était urgent qu’elle dope les nouvelles Régions. Mission accomplie, mais à quel prix ! Les départements et les communes vont trinquer…

(lire la suite…)

Communiqué sur la CVAE

Campagne de l’AMF contre la baisse des dotations : le Conseil Municipal de Gonfreville l’Orcher prend position…

Lors du Conseil Municipal de Gonfreville l’Orcher (9.500 habitants), le 6 juillet, les élus ont adopté à l’unanimité, élus socialistes compris, le voeu présenté par Jean-Paul Lecoq, Maire et membre du Comité Directeur de l’Association des Maires de France, contre la baisse sans précédent des dotations de l’Etat.

S’inscrivant dans une longue listes de démarches antérieures et d’appels à la mobilisation sur cette même question cruciale, conduites par les élus communistes et républicains à travers tout le pays, ce nouveau voeu soutient cette fois la campagne sans précédent lancée par l’Association des Maires de France qui exige du Gouvernement qu’il stoppe sa machine infernale de l’austérité avant qu’il ne soit trop tard.

L’adoption de ce voeu a été précédée d’une campagne de signatures auprès des agents municipaux à l’initiative de la section locale du Parti Communiste à laquelle ont participé de nombreux élus. Lors de la séance du Conseil, les pétitions ont été remises à Monsieur le Maire.

Au cours des prochaines semaines, une campagne de sensibilisation des habitants sera conduite pour que, à la rentrée, des actions fortes soient organisées, notamment le 19 septembre, journée nationale d’action des maires et présidents d’intercommunalité organisée par l’Association des Maires de France.

VOEU AMF FINANCES