Sealynx : les élus du Front de gauche de la Région Haute-Normandie en appellent au Ministre du Redressement productif

Les élus du Front de Gauche ont attiré l’attention du ministre du redressement productif sur la situation de l’entreprise SEALYNX, un sous-traitant automobile qui produit des joints d’étanchéité à Charleval, dans la vallée de l’Andelle, une vallée déjà durement touchée par la casse de l’emploi industriel.

Les 498 salariés de cette entreprise, devenue en mai 2011 une filiale du groupe indien RUIA, vivent dans la hantise du lendemain, suite à la mise en redressement judiciaire intervenue le 25 avril dernier. Ils ont d’emblée rejeté les deux repreneurs potentiels, à savoir COOPER qui, après la casse de l’usine de Bolbec, annonce 90 licenciements en France, notamment à Lillebonne et le Polonais STOMIL-SANOK dont les actionnaires apparaissent plus intéressés par la rentabilité financière que par l’avenir industriel du site.

Ils étaient en grève début juin pour exiger d’intégration de SEALYNX au groupe RENAULT, principal client, à hauteur de 85% et dont l’État est actionnaire à hauteur de 15,1 %. Les élus du Front de Gauche appuient sans réserve cette exigence et ont aussitôt demandé une entrevue au ministre sur cette question comme sur celle de la réinternalisation et de la relocalisation des productions du constructeur automobile.

Jean-luc LECOMTE

Président du groupe Front de Gauche au CRHN