LNPN!!! courrier de Jean-Paul Lecoq et Daniel Paul ,députés, à Jean-Marc Ayrault Premier Ministre!

LNPN!!! courrier de Jean-Paul Lecoq et Daniel Paul ,députés, à Jean-Marc Ayrault Premier Ministre!

Monsieur le Premier Ministre,

Pendant plusieurs mois, un large débat public a été mené, en Ile-de-France et en Normandie, autour du projet de Ligne Nouvelle Paris-Normandie, la LNPN. Ce débat public s’est terminé en février dernier, avec un document de synthèse qui montre les enjeux de ce dossier.

Il s’agit, fondamentalement, d’un projet d’aménagement du territoire, mais un projet d’intérêt national car il doit prendre en compte 2 questions majeures :

  • Comment répondre à la perspective d’une forte augmentation de l’activité des ports de la Basse Seine et en particulier le doublement des trafics conteneurisés sur le Havre dans les prochaines années, sans prévoir, aujourd’hui, les voies dédiées au fret ferroviaire ? Il ne serait tout simplement pas acceptable que faute d’anticipation, le post et le pré acheminement des trafics portuaires soient laissés au routier.
  • Comment répondre à l’engorgement de l’Ile-de-France, source de difficultés pour des millions de Franciliens ? Cet engorgement se répercute au-delà, vers la Normandie, ce qui est aujourd’hui un frein au développement des échanges.

Nous pensons donc que ce projet mérite d’être pris en compte, non pas comme un projet supplémentaire de Ligne à Grande Vitesse, ce qu’il n’est pas, mais comme un projet qui, parce qu’il touche à des questions majeures entre la région capitale et la 1ère zone portuaire du pays, justifie son classement comme « projet d’intérêt national ». mariane.jpgDès lors, une double question est posée :

  • Le projet doit être pris dans sa globalité, de Paris au Havre ; il doit aussi intégrer les connexions permettant aux bassins d’activités situés en Normandie de bénéficier des effets de la LNPN.
  • Le financement d’un tel projet doit être public. Trop de réalisations prises en charges par des Partenariats Public-Privé ont montré leurs conséquences négatives, en particulier en termes de coûts réels pour la collectivité.

Or, des déclarations diverses font aujourd’hui craindre que d’une part, le projet se résume à des aménagements sur le Mantois et au déplacement de la gare de Rouen de la rive droite vers la rive gauche, d’autre part que le financement fasse appel aux PPP.

Nous avons déjà eu l’occasion de dénoncer le risque qu’un projet a minima ferait courir à la place havraise, sur sa capacité à faire face à l’augmentation des trafics portuaires dans des conditions environnementales acceptables. Il n’est que de voir l’avance prise par les ports du nord de l’Europe pour comprendre que les erreurs passées et les retards accumulés devraient à cet égard servir de leçons…

Quant au recours aux PPP pour le financement, nous persistons à penser que l’heure n’est pas à assurer une rente facile à des groupes privés.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Jean-Paul LECOQ et Daniel PAUL