afghan.jpgLa France va encore envoyer 1000 soldats de combat au sol en Afghanistan. Pourtant malgré le nombre de soldats et l’écrasante supériorité technologique, ces forces, sept ans après l’intervention militaire unilatérale des États-Unis hors du cadre multilatéral de l’ONU, n’ont fait qu’attiser les tensions dans cette région et ailleurs, mettant en péril la paix internationale.

Avec cette décision, prise sans aucun débat parlementaire, le gouvernement se soumet une fois de plus, à la volonté du gouvernement nord-américain et s’aligne sur sa politique guerrière, de violations graves du droit international, de la Charte des Nations unies et des droits humains. Le Président de la République et le gouvernement adoptent ainsi un comportement propre d’un pays satellite.

Plus grave encore, la France, au lieu de contribuer à la paix et la sécurité internationale, met en place une politique irresponsable qui contribue à accroître la tension mondiale, les violations du droit international et la destruction du système onusien de paix et de règlement pacifique des différends.

Jean-Paul Lecocq demande ce que le gouvernement compte faire, en relation avec l’Union européenne, afin de travailler en faveur de la paix, du respect de la Charte des Nations unies et faire en sorte que les forces de l’OTAN, les troupes nord-américaines et les autres troupes étrangères quittent le territoire afghan.