Le lien ferroviaire fret pour « port 2000 »

Le lien ferroviaire fret pour « port 2000 »

Le Havre, le 15 mai 2006.

Question Ecrite de Monsieur Daniel PAUL, député de Seine Maritime,
Monsieur Dominique PERBEN, Ministre des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la Mer.

Le développement des transports maritimes entraîne, parmi d’autres conséquences, la nécessité de réaliser les liaisons terrestres de pré et post acheminement sans lesquelles les opérations de modernisation des places portuaires perdent beaucoup de leur efficacité.
Cette obligation doit prendre en compte l’aménagement du territoire, avec une bonne irrigation des régions concernées par les zones logistiques nécessaires au fonctionnement des places portuaires, la massification du fret en particulier ferroviaire, la préservation de l’environnement.
C’est le sens du projet « Port 2000 » du Havre, « couplé » avec le projet de réalisation du contournement ferroviaire nord de la région parisienne. Mais si le premier a été mené à terme, au moins dans sa première phase, le 2ème connaît des retards inquiétants.

Certes, des portions de lignes ont été mises en œuvre en raison de leur programmation dans des CPER : il en est ainsi, par exemple, de la modernisation du tronçon de Motteville à Montérolier-Buchy en Seine Maritime.
Mais nous sommes loin – malgré le CIADT du 18 décembre 2003 – de la mise en place d’un itinéraire à priorité fret pour la desserte de la partie est de la France, de la dorsale ECOFRET et, au-delà, de l’Europe centrale.
En effet, les options techniques traduisant une telle politique tardent à venir, certains considérant l’axe Le Havre/Paris et le passage par la grande ceinture comme le plus performant, alors que ses utilisateurs font régulièrement l’expérience de sa saturation, en particulier dans l’approche ouest de l’Ile de France sans oublier la présence de nombreux tunnels et les problèmes de gabarits posés.
Il ne serait ni compréhensible, ni admissible que notre pays se soit doté d’un outil portuaire performant et que l’on ne tire pas les conséquences pour les liaisons terrestres nécessaires…
Monsieur Daniel PAUL, député de la Seine Maritime, demande donc à Monsieur le Ministre des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la Mer, quelles dispositions il compte mettre en œuvre pour que la priorité affichée pour « Port 2000 » se retrouve sur ce contournement ferroviaire.
Il lui demande également comment il compte répondre à l’intérêt d’un lien ferroviaire fret vers Caen, ouvrant le centre, l’ouest et le sud ouest de notre pays à l’hinterland du port havrais, cette liaison nécessitant un franchissement ferroviaire de la Seine.

Daniel PAUL